samedi 1 juin 2019

Prévision estivale 2019

Ça y est! La neige est finalement fondue et les inondations se résorbent. Si la prévision hivernale en termes de durée, de températures et d'épisodes de précipitations mixtes s'est bien vérifiée, elle a manqué sa cible en ce qui concerne les quantités de neige au sol, au grand bonheur des skieurs et des amateurs de sports extérieurs. Maintenant que s'amorce le mois de juin et l'été météorologique, voici le temps de vous révéler ce que Météo Laurentides entrevoit pour la période estivale 2019.

Ce qu'on veut absolument éviter d'observer, lorsqu'on analyse les modèles climatologiques pour l'été, c'est une anomalie de températures sous la normale centrée sur le Québec et des précipitations au-dessus de la normale. Une telle configuration serait annonciateur d'un été médiocre. Heureusement, les choses ne se dessinent pas ainsi. 

En effet, tout indique que malgré un lent début d'été, les températures seront au-dessus des normales pour les mois de juin à août et que la chaleur pourrait s'étirer à l'automne. En ce qui concerne les précipitations, les modèles indiquent des chances égales de précipitations au-dessus ou sous la normale de telle sorte que celles-ci devraient se retrouver près des normales. C'est donc dire que les périodes de chaleur devraient être entrecoupées d'épisodes pluvieux ou orageux et que le risque d'une longue canicule ou sécheresse sera limité. Les épisodes de temps violent pourraient être nombreux et plus violents que la normale ce qui n'est pas une surprise dans un contexte de changements climatiques.

Que cela se matérialise parfaitement ou pas, on peut envisager avec beaucoup de positivisme les prochains mois.


Bon été!

lundi 13 mai 2019

La météo expliquée: Les modèles météo

Souvent nous entendons dire, lorsqu'il est question de météo, que les modèles s'entendent ou ne s'entendent pas sur la situation à venir. Mais qu'est-ce qu'un modèle météo au fait? Dans ce nouvel article de la météo expliquée, je me propose donc de vous démystifier la modélisation atmosphérique ainsi que la manière dont Météo Laurentides l'utilise. 

Un modèle météo est un programme numérique simulant le comportement de l'atmosphère dans le temps à partir de données d'observations (températures, humidité, pression couverture nuageuse, etc.). Quelques fois par jours, une photographie de la planète est en quelque sorte prise et le programme est lancé de manière à connaître de quelle façon les conditions évolueront au cours des prochaines heures ou des prochains jours. De la même manière que deux navigateurs afficheront différemment une même page web, deux modèles météo effectueront une analyse différente de l'évolution du temps en raison de leurs paramètres internes.

Il existe de nombreux modèles météo. Plusieurs pays ou associations ont conçu leurs propres modèles et ils les mettent continuellement à jour de manière à en améliorer l'efficacité. Cette mise au point s'effectue parallèlement avec les capacités informatiques qui rendent l'analyse d'un plus grand nombre de données de plus en plus rapide. En d'autres termes, malgré ce que certaines personnes peuvent penser, la qualité des prévisions générées par les modèles s'améliore avec le temps. N'empêche, les modèles européens sont reconnus pour être supérieurs aux modèles américains qui eux sont reconnus pour être légèrement plus performants que les modèles canadiens.

Les modèles globaux tels le ECMWF (modèle européen), le GFS (modèle américain) et le GDPS (modèle canadien) sont utilisés pour le long terme (3 jours et plus). Ces modèles ont une résolution plus large (donc moins précise) de manière à couvrir la totalité du globe et de générer des prévisions pour une à deux semaines.





Les modèles régionaux tels le ECMWF-haute résolution (modèle européen), le NAM (modèle américain) et le RDPS (modèle canadien) sont utilisés pour le court terme (0 à 3 jours). Ces modèles ont une résolution moins large (donc plus petite) de manière à couvrir qu'un secteur du globe et ainsi générer des prévisions plus précises.




Il existe aussi des modèles à haute résolution comme le NAM 3-km et le HRRR de la NOAA ainsi que le HRDPS 2,5-km d'Environnement Canada. Ces modèles très performants pour la détection des phénomènes locaux tels les averses, les orages ainsi que les types de précipitations génèrent des prévisions à l'heure et sont utilisés principalement pour l'aviation, la recherche ou valider une prévision.




L'utilisation des modèles météo par Météo Laurentides

Le modèle météo est donc un des principaux outils utilisés par les météorologues pour faire des prévisions métrologiques. Encore aujourd'hui, seule l'analyse de plusieurs modèles par l'humain permet la réalisation d'une bonne prévision météorologique. Or, la majorité des grandes agences ont la responsabilité morale ou légale d'utiliser leurs propres modèles avec les imperfections que ceux-ci comportent. De plus, afin de pouvoir diffuser rapidement à large échelle les plus récentes mises à jour sur les nombreux sites et applications, les fournisseurs de prévisions météorologiques privilégient un seul modèle pour le court terme et un autre pour le long terme. Cette façon de fonctionner, vous l'aurez sous doute remarqué, entraîne de grandes différences d'une source à l'autre.

La meilleure façon pour vous de vous faire votre propre idée est donc de consulter plusieurs sources entre elles et d'en faire la moyenne. Sachez toutefois que Météo Laurentides consultent plusieurs modèles lors de la réalisation de ses prévisions. De plus, une connaissance accrue de la topographie des Laurentides combinée à l'utilisation des modèles à haute résolution permet de vous offrir des prévisions les plus justes et précises que possibles.

Que vous consultiez différentes sources de prévisions météorologiques ou encore différents modèles plus ou moins performants, il n'en demeure pas moins que la météorologie est la plus inexacte des sciences et que le risque de se tromper est toujours présent. Cela rend toutefois l'étude et l'utilisation de cette science un défi extrêmement passionnant. Et si vous n'aimez pas le temps qu'il fait, patientez. Il va changer!


samedi 11 mai 2019

La météo expliquée: Les orages et les tornades


 
Un orage est un des phénomènes atmosphériques les plus spectaculaires.

         Les orages sont des nuages au sein desquels se produisent des décharges électriques dont les manifestations sont évidemment les éclairs et le tonnerre. Le nuage caractéristique des orages est le cumulonimbus, reconnaissable par sa grande extension verticale et sa forte densité.

Dans tous les cas d'orage important, l'air est instable en profondeur, de la surface aux hautes altitudes. Comme préalables, il doit y avoir une l'humidité relative élevée dans les bas niveaux, un air plus sec en altitude, et très souvent un facteur important de soulèvement, tels une montagne ou un front froid.

Formation d'un orage




1) À son début, chaque orage est un cumulus. À ce stade, un courant ascendant prédomine dans toute la cellule.

2) Lorsque le courant ascendant gagne de hautes altitudes, une abondance de cristaux de glace et de gouttelettes crée des précipitations. L'apparition des précipitations à la surface indique que l'orage a atteint sa phase de maturité. C'est lors de cette étape que se forment la grêle et la foudre.

3) Le courant descendant gagne graduellement toute la cellule, sauf la partie du sommet où le courant ascendant perdure. À ce stade, l'orage est parvenu au stade de dissipation. La pluie cesse graduellement et le sommet de la cellule s'effiloche en forme d'enclume

La grêle


Dans les cellules matures dont les courants ascendants sont d'une intensité inhabituelle, il peut y avoir de la grêle. La pluie qui au lieu de tomber monte dans le nuage, gèle et forme de la grêle. Ces grêlons peuvent remonter le nuage grossissant ainsi à chaque fois. Si la cellule s'élève en diagonale, il est possible que la grêle près de son sommet tombe dans un ciel dégagé. Elle semble alors tomber d'étages en surplomb.



La foudre



Brassées au sein d'un nuage orageux, les particules d'eau et de glace s'entrechoquent avant de suivre des trajectoires différentes. Ces innombrables collisions provoquent l'électrisation du nuage, c'est-à-dire que des charges positives et négatives s'accumulent dans le nuage. Il s'ensuit des microdécharges qui se propagent et finissent par établir une liaison électrique entre le nuage et le sol (ou entre nuages) qui forme l'étincelle de l'éclair, génératrice d'un réchauffement intense de l'air. Celui-ci se dilate donc très rapidement en créant une onde de choc : c'est le tonnerre. La foudre désigne l'association de l'éclair et du tonnerre.

Les tornades
     
      Les tornades se forment lorsque le mouvement ascendant de l'air chaud et humide du sol qui s'élève dans le nuage rencontre l'air froid et sec qui descend du nuage. Ces deux courants se mettent à tourbillonner provoquant ainsi une tornade au niveau du sol.


Les tornades sont classées selon l'échelle de Fujita




mardi 5 mars 2019

Hiver d'antan


Contrairement à ce qui était anticipé par Météo Laurentides au début de la saison, l'hiver 2018-2019 passera à l'histoire comme un des plus neigeux. Voici une petite analyse de la situation en date du 16 mars 2019.


Il faut remonter à mars 2008 pour mesurer des accumulations au sol similaires. À cette date, il y avait 148 cm de neige au sol contre 162 cm au matin du 11 mars dernier. Avec près de 385 cm reçus jusqu'à maintenant contre 450 cm au total lors de l'hiver 2007-2008, nous sommes encore loin de cette année record. Toutefois, il est fort à parier que nous nous en approcherons dangereusement. C'est donc dire qu'en terme d'accumulation maximale de neige au sol, 2018-2019 est assurément l'hiver le plus important des 20 dernières années, selon les données compilées par Météo Laurentides, et potentiellement le plus neigeux de tous les temps.

Qu'est-ce qui explique cela dans un contexte de réchauffement climatique? D'abord, nous avons connu un mois de novembre nettement sous la normale avec comme conséquence que la neige qui est tombée tôt en début de saison est restée au sol. Ensuite, le El-Nino anticipé cet automne ne s'est jamais développé. Il en résulte que les températures en générale sont restées près des normales pour les mois de décembre à février. Finalement, malgré de nombreux épisodes de verglas et/ou de pluie, les redoux au cours de l'hiver ont été de très courte durée contrairement à ce qui est généralement observé.

En conclusion, nous n'avons pas nécessairement reçu beaucoup plus de neige qu'à l'habitude, mais nous en avons certainement perdu beaucoup moins qu'en temps normal. Qu'on aime pelleter ou pas, on se souviendra de cet hiver comme un hiver d'antan.

vendredi 9 novembre 2018

Prévision hivernale 2018-2019

Après un été extraordinaire et un automne qui a passé en coup de vent, voici le temps de vous partager ce que Météo Laurentides entrevoit pour la saison froide.

Nous pourrions croire, avec nos premières accumulations de neige significatives aussi hâtives en saison, que l'hiver sera rigoureux. Toutefois, rien n'est moins certain. En effet, si une bonne partie de novembre devrait être sous la normale et que les précipitations de neige y seront suffisamment abondantes pour rester, du temps plus doux vers la fin du mois et le début de décembre pourrait nous rappeler que nous sommes toujours en automne.

Pour les mois d'hiver, proprement dit, la présence d'un faible El-Nino dans le Pacifique devrait nous assurer des températures légèrement au-dessus de la normale. Côté précipitations, aucune grande tendance ne semble actuellement se dessiner de telle sorte que nous pouvons nous attendre à ce que celles-ci soient près de la normale. Toutefois, avec des températures plus douces, un plus grand nombre d'épisodes pluvieux pourrait dans les faits nous laisser légèrement moins de neige que la normale.

Somme toute, l'hiver 2018-2019 ne devrait pas passer à l'histoire, malgré ce qu'on peut penser à ce moment-ci. Les gens qui n'aiment pas l'hiver ne devraient pas le trouver trop rigoureux, mais les amateurs de neige risquent de rester sur leur faim. S'il y quelque chose qui pourrait faire parler davantage, c'est malheureusement la possibilité que l'hiver s'étire un peu au printemps.





vendredi 29 juin 2018

La météo expliquée: La canicule

Alors que le Québec s'apprête à subir sa première vague de chaleur prolongée de l'été 2018, les médias et plusieurs sites consacrés à la météo crient à la canicule, mais qu'en est-il vraiment? Dans ce nouvel article de la météo expliquée, j'expliciterai les critères officiels qui constituent la canicule et les liens à faire avec les conditions anticipées en ce début de saison estivale.

On entend généralement par canicule une période de temps exceptionnellement chaud et ensoleillé. Or, plusieurs critères doivent être rencontrés pour parler officiellement de canicule. D'abord, le mercure doit dépasser 30 degrés durant 3 jours consécutifs et les températures nocturnes doivent, quant à elles, demeurer au-dessus des 20 degrés. Ensuite, nous devons connaître des conditions ensoleillées ou variables. En d'autres termes,  nous devons observer davantage de soleil que de nuages. Finalement, un critère souvent ignoré, nous ne devons pas recevoir de précipitations pendant les 3 jours consécutifs ou tout au plus 2 mm pendant la période.

L'épisode de chaleur qui a commencé aujourd'hui en certains endroits sera fort possiblement entrecoupé d'orages, donc de précipitations. Ainsi, bien qu'il fera chaud et que la sensation d'inconfort associé au facteur humidex dépassera le critère d'avertissement, il pourrait être difficile de rencontrer tous les critères de la canicule d'ici le début de la semaine prochaine. Toutefois, le milieu de la semaine prochaine pourrait nous permettre encore une fois de dépasser les 30 degrés et le temps pourrait être plus sec. Peut-être est-ce uniquement à ce moment que nous connaîtrons véritablement une canicule.

lundi 14 mai 2018

Prévision été 2018

Comme à chaque printemps, voici le temps de vous révéler ce que l'été 2018 nous réserve.

Coincé entre des températures plus fraîches que la normale sur l'Ontario et des température plus chaudes sur les Maritimes, le Québec pourrait connaître des conditions très changeantes de telle sorte qu'au final, les températures devraient osciller près des normales. Côté précipitations, il faut s'attendre à en recevoir un peu plus que la normale.

Concrètement, les nombreux changements de masse d'air pourraient se traduire par davantage d'orages potentiellement violents et peu de canicules ou encore des canicules de courte durée.

Inutile de rappeler que les prévisions saisonnières comportent une marge d'erreur importante et qu'il vaut toujours mieux les prendre avec un certain grain de sel.

Bon été !